Micromania-Zing met fin aux rumeurs

Fin janvier, le groupe GameStop annonçait avoir échoué à trouver un repreneur. Une annonce qui avait fait peser des doutes sur l’avenir de Micromania-Zing et ses quelque 420 magasins français. Des doutes aujourd’hui balayés par l’enseigne qui réaffirme ses objectifs ambitieux pour l’Hexagone.

via LSA

Le 29 janvier dernier, le groupe GameStop, en difficultés financières et étranglé par une dette de 800 millions de dollars, annonçait avoir échoué à trouver un repreneur. Une annonce qui avait alors semé le doute sur l’avenir de certaines de ses filiales, dont Micromania-Zing,le spécialiste du jeu vidéo et de la pop-culture racheté par GameStop en 2008 et qui compte aujourd’hui plus de 420 magasins en France et emploie plus de 1600 salariés.

Pour mettre fin aux rumeurs et inquiétudes, l’enseigne leader du jeu vidéo en France a décidé, via un communiqué, d’apporter des précisions sur l’impact potentiel de l’annonce de GameStop quant au marché français. Et n’entend pas changer de ligne de conduite.

Une entreprise qui a toujours été rentable

Dans son communiqué, Laurent Bouchard, directeur général de Micromania-Zing réaffirme son intention de poursuivre le plan d’action à 5 ans “Pop Culture” initié en 2017 lors du lancement de son concept hybride entre le jeu vidéo et la pop-culture, qui devrait être déployé à l’ensemble des magasins d’ici 2022.

L’annonce de GameStop, notre actionnaire, n’a pas d’incidence sur ce projet, ni sur la poursuite des activités de nos magasins Micromania-Zing, ni sur nos clients. Nous avons toujours été une entreprise rentable, concentrée sur l’investissement dans notre activité principale de jeux vidéo et de produits dérivés, et sur l’expérience de nos clients dans nos magasins et sur tous nos supports digitaux“, a rappelé Laurent Bouchard.

En 2017, Micromania a enregistré un chiffre d’affaires de 636 M€. Outre la bonne santé actuelle du marché du jeu vidéo, la stratégie de diversification vers les produits dérivés et la pop-culture vise à générer 150M€ de revenus complémentaires à 5 ans. L’enseigne travaille également à sa transformation pour accompagner la digitalisation du secteur, et en particulier des ventes de produits digitaux en magasins… mais également en ligne. Son nouveau site marchand devrait prochainement être dévoilé.

Source LSA Conso

Étiquettes : , ,